École Presquile » Accueil blog | Aller sur le site
 

La maquette comme représentation du temps, de l’espace et du volume

 17 décembre 2014  

Workshop réalisé avec les classes de Mise A Niveau Arts Appliqués

Le premier workshop de l’année avec les classes de mise à niveau a eu lieu les jours précédents. Comme c’est souvent le cas, les étudiants ont trouvé que ce mode de fonctionnement est très enrichissant sur plusieurs aspects à la fois car la pratique prolongée et intensive d’un sujet et la manipulation jusqu’à l’épuisement des matériaux laissent des acquis définitifs dans l’esprit des étudiants. Nous avons travaillé sur la thématique de «Temps, espace & volume»; à partir de la construction d’une maquette en carton gris ces trois notions ont trouvé leur matérialisation. Ayant comme support la maquette constituée de 20 modules chacun d’une surface de format A3, nous sommes partis sur plusieurs directions dans le but d’épuiser ce support. Dessin, vidéo, photographie, et performance dans une séquence d’éclairage menée avec des groupes de 5 ou 6 personnes. Nous présentons aujourd’hui seulement un aperçu du travail photographique réalisé par les étudiants. Ces images hautes en couleur, permettent la projection de jeux de formes géométriques et colorées. Dans leurs versions filmées elles déclenchent également tout un discours sur le labyrinthe et la déambulation dans des espaces inattendus, improbables et toujours étonnants. Elles suscitent aussi la projection d’architectures utopiques dans des mondes habités exclusivement par des volumes, couleurs et lumières. (César Ramirez) Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Fête des Lumières en light painting

 12 décembre 2014  

Travail de création typographique expérimentale et appliquée en design graphique

Ce travail de création typographique expérimentale prend comme point de départ, pour la plupart de projets, une précédente production typographique basée sur la création d’un système modulaire que nous avons mis en ligne dans cet espace. Bien que d’autres projets sont partis d’un principe totalement différent, toutes les propositions ici présentées ont en commun le principe de la conjonction du light painting appliqué à des pochoirs sur lesquels la lumière à deux fonctions : soit elle remplit la surface de la lettre délimitée par le contour du pochoir, soit elle suit le contour pour définir la forme de la lettre. Les alphabets obtenus ainsi ont été l’objet d’une variété très large de procédés que chaque étudiant a mis en place. Ce principe bricoleur mène les étudiants à investir toute sorte d’objets lumineux à leur portée : briquet, téléphone portable, lampe de poche, et autres gadgets qui produisent de la lumière. Nous avons gardé cet esprit bricoleur en laissant des traces de la fabrication « fait maison » et manuellement qui montre des irrégularités, des imperfections qui évitent les corrections avec des outils informatiques. Les étudiants ont conçu finalement une production d’affiches pour faire entrer ce travail en résonance avec la Fête des Lumières à Lyon. (César Ramirez) Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Les deux projets de l’Ecole Presqu’Ile à la Fête des Lumières

 8 décembre 2014  

Dispositifs installés Place des Archives dans le 2ème ardt. de Lyon

La Fête des Lumières continue d’attirer de plus en plus de visiteurs pour apprécier les interventions des artistes autour des illuminations et autres animations. Comme on l’avait déjà évoqué précédemment dans cet espace, deux projets de l’École Presqu’Ile ont été réalisés dans la partie consacrée aux expérimentations étudiantes : «Fleurescence» de Pauline Marsanne & Ambre Rodrigues et «Les yeux de Lyon» de Philippine Duquaire, Aurélie Filipe & Robin Bernard. Il est bien connu que l’exécution d’un projet peut entraîner une adaptation aux circonstances concrètes de sa mise en place, ainsi, les étudiants ont travaillé ensemble avec les techniciens des Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau afin de donner forme à ce qui n’était que des projets et en faire des réalités lumineuses. Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Visite des étudiants de design d’espace au couvent de La Tourette

 4 décembre 2014  

Une balade bucolique-architecturale sous la lumière de l’automne

Un voyage au couvent de La Tourette avec les étudiants de la section de Design d’Espace a été effectué récemment. L’objectif était d’aller à la rencontre de ce lieu mythique où Le Corbusier déploie toutes les qualités de son savoir-faire qui font encore de lui une référence incontournable dans l’architecture moderne. Voici deux témoignages des étudiants qui en parlent au retour  : «La route qui mène au couvent est celle qui mène à L’Arbresle, il y a environ 20 minutes dans un espace urbanisé et 20 minutes dans la nature. On prend ainsi le temps de se mettre en situation de visite dans un lieu de culte, retiré de tout (chose assez rare pour les dominicains qui s’installent d’habitude en plein centre-ville). J’ai ressenti, comme à ma première venue, les mêmes sensations, l’immersion dans la nature, la sensation de plénitude, la force que dégage le bâtiment, son intégration sur le sol en pente, la circulation fluide, la lumière. Ce que j’aime dans ce lieu ce n’est pas tant le bâtiment mais le fait que ce soit un édifice qui sort d’une philosophie, d’un concept fort que Le Corbusier a su créer et qui est connu et reconnu. Une architecture de l’homme pour l’homme en utilisant l’homme comme point de départ.» «Une superbe balade architecturale, Le Corbusier remplit le lieu d’ingéniosités et de compositions de tous genres nous laissant à chaque nouvelle découverte, un peu plus scandalisé par le génie de l’architecte.» Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Préparation de la Fête des Lumières

 3 décembre 2014  

Quelques images d’atelier de quatre étudiants (Thibault Forissier, Jordan Meynet, Aliocha Porta, Alban Rotival de 2e année Design d’Espace & Design Graphique) qui ont donné la main pour la fabrication de l’installation « FlashingLight » de la Fête des Lumières. On a mesuré, reporté, tracé, percé, réfléchi, programmé, scotché, visé, coupé… et nous sommes assez fiers du résultat. Jeudi 4 décembre, ce sera la répétition générale. Il faudra que tout soit nickel. Puis l’installation sera visible tout le mois de décembre au départ de la Station Rhônexpress, Rue de la Vilette (liaison Gare de la Part-Dieu-Aéroport Saint-Exupéry). Programme de la Fête des Lumières.

Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Conception de maquettes et travail photographique en mise à niveau

 22 novembre 2014  

Manipulation de formes, matières et volumes

Ce travail réalisé avec les classes de Mise A Niveau Arts Appliqués est inspiré de la production de l’artiste japonais Tadashi Kawamata. Plusieurs enjeux sont mis en place dans la globalité de ce projet. La conception de ces maquettes démarre avec une mise en dialogue entre deux matériaux très différents: le carton plume et le bois sous forme de petites bribes plates et sans couleur. Ces deux matériaux sont disposés en volume sous des formes opposées: le carton est employé à définir des volumes carrés, réguliers, géométriques et solides, tandis que le bois à vocation à définir également des masses mais en mouvement, dynamiques et aériennes. Le travail de composition sur les différentes maquettes donne lieu, tantôt à des schémas de tension, tantôt à des schémas d’harmonie entre ces deux matériaux et les différents volumes constitués. D’autres rapports peuvent également se dégager: envahissement, saturation, remplissage, recouvrement, occupation, complémentarité, etc. La neutralité des matériaux retrouve une potentialité évocatrice importante lors de l’intégration des silhouettes qui rendent l’échelle; nous pouvons désormais parler d’architecture utopique, de sculpture habitable, de design fondamental et d’autres lectures que la force de ces images peuvent susciter. En effet, le projet trouve son aboutissement dans la prise de vue de la maquette, cela permet aux étudiants d’envisager autrement le travail par la manipulation de la prise de vue afin de décider ce que l’on donne à voir et l’image que l’on garde du travail. Ainsi une opposition supplémentaire apparaît: la pérennité de l’image virtuelle s’oppose à la dimension éphémère de l’objet constitué à base de matériaux pauvres. (César Ramirez) Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Deux projets de l’Ecole Presqu’Île retenus pour la Fête des Lumières 2014

 12 novembre 2014  

Dans le cadre des expérimentations étudiantes organisées par les Grands Ateliers de l’Île d’Abeau

Comme chaque année l’Ecole Presqu’Île participe activement dans les évènements de la Fête des Lumières à Lyon qui se déroulera du 4 au 8 décembre. La particularité de l’édition 2014 est que l’espace qui est consacré aux « Expérimentations Éctudiantes » est déplacé à la Place des Archives dans le 2ème arrondissement de Lyon. Parmi plus d’une centaine de propositions reçues lors de l’appel à projets en provenance de toute la France, la commission composée d’élus, professionnels de la lumière, de scénographes… a sélectionné  deux projets de l’École PRESQU’ILE : «Fleurescence» de Pauline Marsanne & Ambre Rodrigues et «Les yeux de Lyon» de Philippine Duquaire, Aurélie Filipe & Robin Bernard. Dans la conception des projets un certain nombre de contraintes sont à respecter : concevoir un projet original utilisant la lumière comme expression artistique, proposer un dispositif prenant en compte une réelle économie de moyens de réalisation, savoir évaluer la faisabilité du projet dans sa réalisation in situ et la nature des moyens techniques envisagés. Avec des équipes composées d’étudiants de Design d’Espace et de Design Graphique afin de mettre en place leurs compétences respectives, l’École PRESQU’ILE a participé avec divers projets originaux et sensibles. Nous présentons la totalité des projets présentés en commençant par les deux projets retenus. (César Ramirez) Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Extension du domaine de la forêt

 31 octobre 2014  

Travail photographique en 1ère année design graphique

Comme partie d’un long travail qui prend la forêt comme élément phare de réflexion et de production plastique, nous présentons aujourd’hui une série d’images photographiques correspondant à la première phase de recherche et de documentation. Muni chacun d’un appareil photo, nous sommes partis au Fort du Bruissin pour que les étudiants puissent plonger dans le contexte de la forêt et développer ce travail. Les consignes qui ont guidé cette exploration étaient de dégager les propriétés plastiques et graphiques que cet environnement extrêmement riche et connoté peut proposer. Pour y parvenir nous avons suggéré aux étudiants de se débarrasser de toute trace humaine ou indice culturel, mais également de toute image consensuelle et trop attendue. En évitant ainsi le cliché de la carte postale et autres images d’Épinal, qui orientent et réduisent la perception de la forêt à une imagerie plate et trop narrative, les étudiants ont su dégager des compositions qui parlent de densité, de couleur, de lumière et du cycle de création et destruction propre à la nature. Ces images interrogent avec pertinence la dimension plastique de la forêt et certaines d’entre elles rappellent la fameuse série «  Paradise  » du photographe allemand Thomas Struth. (César Ramirez) Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Rosi, rosa, rosam, ROSACES…

 28 octobre 2014  

Création graphique en 1ère année

Il s’agit d’abord d’un exercice technique du travail des étudiants de Design Graphique permettant de progresser dans la maîtrise du logiciel Illustrator et également un exercice de graphisme puisque cette rosace devait s’intégrer harmonieusement dans un objet textile ou un accessoire de mode.

Voici aussi un petit Gif des rosaces – http://i.giphy.com/yidUzwsxuAo6p3S0BG.gif -. Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article

Le Bauhaus au goût du jour

 20 juin 2014  

Création typographique expérimentale en 1ère année design graphique

Dans cet exercice de création typographique en Design Graphique , il a été question de la conception d’un module de base de forme carrée. A partir de cette forme de base d’autres formes se déclinent déterminant la hauteur de la lettre mais également la largeur du fût. L’ensemble des modules reste proche des formes géométriques élémentaires : le carré, le rectangle et le cercle. Cette combinaison de modules est ensuite déployée sur une gille pour déterminer la hauteur de X, les montantes & descendantes ainsi que la hauteur des capitales. Comme c’est souvent le cas dans la création typographique, le système de chiffres obéit à une hauteur légèrement plus libre que le reste de l’alphabet pour les différencier en tant que famille de signes. Liés au design fondamental, l’ensemble des alphabets obtenus est utilisable pour des gros titrages. Nous avons utilisé ces alphabets dans la conception d’une campagne d’affiches pour la promotion d’un événement fictif à Lyon autour du design. L’indication principale dans la conception des affiches est la mise en page des formes modulaires utilisées à l’origine de la typographie, sans oublier la typographie créée pour écrire quelques mots en gros caractères comme élément principal de l’affiche. Nous sommes partis d’une série de modules conçus par le designer et typographe allemand Joseph Albers en 1926 lors de son enseignement à l’école du Bauhaus à Dessau en Allemagne. La typographie créée par le designer allemand avec ces mêmes modules s’appelle Architype et elle a été souvent distribuée sous le nom de Futura Black après quelques modifications par d’autres typographes. Dans la disposition des planches, la première colonne de gauche à droite correspond à l’alphabet conçut par l’étudiant, et ensuite viennent deux propositions d’affiches à partir du même alphabet. (César Ramirez) Voir les images restantes et lire la suite »

Aperçu des images présentes dans l'article


École Presquile » École supérieure d'arts appliqués, design graphique, design d'espace, architecture d'intérieur située au coeur de Lyon